PREPOSE TV

Nos ressources

Qu’est-ce que la sextorsion Conseils et ressources légales Les armes anti-sextorsion Nos ressources


Ne croyez pas au Père Noël,

Protégez vos données !

 Certains sujets méritent que l’humour qui caractérise cette campagne de prévention cède la place un sérieux circonstanciel. De nombreux cas de chantage à la webcam via Facebook et Skype touchent des enfants, des adolescents et des adultes dans le Canton du Valais. Les conséquences de tels actes illicites sont évidemment très différentes, selon que la victime est au bénéfice ou non d’une expérience suffisante de la vie et de connaissances légales et/ou informatiques. Même si le but de la présente information est de protéger les mineurs, les conseils qui suivent valent mutatis mutandis pour les adultes qui sont plus nombreux qu’il n’y paraît à se laisser prendre, souvent dans une période de questionnement personnel, de solitude ou de souffrance… période exploitée par des experts dans la manipulation !

Voici quelques conseils susceptibles de te permettre d’éviter d’être victime 

DE  CHANTAGE  À  LA WEBCAM VIA FACEBOOK & SKYPE (SEXTORSION)

Le terme « Sextorsion » provient de la contraction de « sexe » et « extorsion ». Le Service national de coordination de la lutte contre la criminalité sur Internet (SCOCI) décrit le phénomène de la manière suivante : « l’auteur se fait passer en général pour une femme très attrayante et prend contact avec des personnes (en majorité des hommes) sur un réseau social.

Il tente ensuite de les amener à discuter via un service tel que Skype, afin d’obtenir d’elles des actes à caractère sexuel, qu’elles effectuent devant une webcam. L’auteur enregistre tout et menace ensuite la victime de publier les images ou les vidéos sur Internet si elle ne paie pas une certaine somme d’argent».

Un tel acte est illégal dans notre pays ! Il est qualifié de chantage et d’extorsion (cf. article 156 du Code pénal)[iii]. Toutefois, en pratique, la poursuite de ces infractions est complexe et souvent dénuée de chances de succès, en raison notamment de la rapidité avec lesquels les faits se produisent, du bref délai imparti à la victime pour payer la somme réclamée (en général moins de 48 heures) et du lieu d’où les auteurs opèrent (souvent la Côte d’Ivoire pour les victimes francophones). Cela signifie, pour être très concret, que si une somme a été versée, elle ne sera récupérée que dans de rares cas… pour ne pas dire JAMAIS !

Voici donc quelques conseils tant techniques, que pratiques et/ou juridiques.

Il ne faut en aucun cas répondre à la tentative d’extorsion du « maître chanteur ». Ne panique pas, tu n’es ni le premier ni le dernier à qui une telle mésaventure arrive ! De plus, c’est précisément l’effet recherché, à savoir décontenancer la victime pour la conduire à adopter une attitude contraire à ses intérêts.

Si tu ne parviens pas, malgré ces conseils, à demeurer calme, respectivement à accomplir les démarches préconisées (qui sont exposées ci-après), contacte le Centre LAVI de ta région[v] ! Le Centre LAVI (Loi sur l’aide aux victimes d’infractions) vient en aide aux victimes d’infractions, comme toi, par le biais de l’écoute, de conseils, d’une assistance financière limitée et d’une orientation vers les professionnels les plus qualifiés pour t’aider. Les personnes qui travaillent pour le Centre LAVI bénéficient d’une grande expérience et sauront comment agir pour préserver immédiatement tes intérêts. Ne tarde pas à les contacter ! Plus vite tu pourras compter sur eux, plus vite le problème sera résolu avec l’aide de professionnels aguerris.

Si tu te sens d’attaque pour mettre un terme aux agissements de ces fripons, voici ce qui te reste à faire. Cela ne te prendra que quelques minutes… Respecte scrupuleusement la procédure qui suit et tu n’entendras ainsi plus parler du maître chanteur dans 99 % des cas.

  1. Fais des captures d’écran de tous les messages échangés et du profil du contact « maître chanteur »[vi]. Cela permettra à la police de travailler plus rapidement et ces preuves pourront également servir à démontrer un mode opératoire et ainsi éviter de telles déconvenues à d’autres personnes. Si quelqu’un doit t’aider, son travail en sera également facilité.
  2. Bloque le contact en question sur Facebook. Rends-toi sur le profile « maître chanteur » et clique sur le bouton symbolisé par trois petits points, puis cliques sur bloquer : 
  3. Signale le contact à Facebook via le processus de dénonciation interne Facebook. Il s’agit du bouton qui se trouve au-dessus du bouton « bloquer ». Clique ensuite sur l’option « Signaler ce compte », puis sur l’option « Ce journal contient beaucoup de contenus inappropriés ».Clique ensuite sur l’option « sexuel » lorsqu’il te sera demandé quel type de contenu :

Finalement, il convient de cliquer sur « soumettre à Facebook pour examen ». Vous verrez apparaître le texte « soumis à Facebook pour examen ». C’est terminé, bravo !4. Effectue ensuite un tri massif de tes amis Facebook. Ne conserve que les individus que tu connais réellement.

5.  Modifie les paramètres de confidentialité de ton compte Facebook.

Veille notamment à ce que :

–      tes amis Facebook ne soient visibles que par toi-même (en aucun cas par tes amis et/ou par des tiers) ;

–      l’intégralité des informations personnelles mises à disposition te concernant ne soit visible que par toi-même et tes amis ; en aucun cas, celles-ci ne doivent être visibles par des tiers ;

–       supprimer la photo de couverture ou à tout le moins la remplacer par une image ne permettant pas de t’identifier ;

–      intégrer des critères de confidentialité et des paramètres d’identification stricts (seulement vous pouvez voir ce que les autres personnes publient, photos visibles seulement par vos amis, examen a priori de toutes les publications dans lesquelles vous êtes identifiés, etc.) ; tu trouveras ci-dessous un exemple concret de ce qui devrait à tout le moins être mis en place sur tout compte Facebook :Ad memoriam, pour modifier tes paramètres de confidentialité tu dois te rendre dans les paramètres de ton compte, accessibles depuis le menu symbolisé par une flèche en haut à droite de ton profil : 

Clique ensuite sur « Paramètres », puis sur « Confidentialité » et sécurise ton compte selon ce qui est indiqué sur l’image de la page précédente.

6.    Bloque le contact Skype du maître chanteur et signale l’abus dont tu es victime !7.   Vérifie immédiatement sur Google si des traces de la vidéo compromettante existent sur Internet. Pour ce faire, « googlelise » ton nom dans Google et contrôle si des liens renvoient à la vidéo en question : tape ton nom et ton prénom dans Google une fois entre guillemets et une fois sans les guillemets pour étendre la recherche.

8.   Mets en place une Google Alerte, laquelle te permet de « surveiller le web » et d’être averti par courrier électronique de toute apparition du contenu objet du chantage. Tu pourras ainsi réagir en temps quasi réel en signalant le contenu à la plate-forme de publication de vidéos (de la manière dont cela t’est exposé au point suivant).

Pour ce faire, rends-toi à la page mentionnée (https://www.google.ch/alerts?hl=fr).

Insère ton prénom et ton nom dans le masque de recherche et ajoute ton adresse de courrier électronique.Clique ensuite sur « Afficher les options » et opère les choix indiqués ci-après.

N’oublie pas de cliquer sur « Créer une alerte » pour activer le service !

9.   Dans le cas où des traces de la vidéo compromettante existeraient sur Internet, signaler les contenus aux hébergeurs de services (YouTube, Dailymotion, etc.), afin d’en obtenir le retrait. À cet égard, il convient d’indiquer que la plupart des hébergeurs de services disposent d’un dispositif interne de dénonciation en cas d’atteinte illicite. Voici un exemple avec le service YouTube :

En dessous de la vidéo litigieuse, clique sur le bouton « Plus » et ensuite sur « Signaler ». Ensuite, opte pour « Violation de mes droits » et « Atteinte à ma vie privée ». D’ordinaire, la vidéo est retirée très rapidement. Patience donc !

10. Signale le cas à la Police cantonale valaisanne (http://www.policevalais.ch ou 027 326 56 56) et suis les conseils qui te seront alors dispensés. Il convient de mettre en exergue le fait que la Police dispose d’un formulaire de contact sur son site Web, accessible à l’adresse suivante : http://www.policevalais.ch/a-notre-propos/formulaire-de-contact/.

12.    En cas de difficulté, quant aux démarches exposées ci-dessus contacte-nous immédiatement grâce aux informations figurant au bas de la présente ! Nous t’assisterons au besoin.

En accomplissant toutes ces démarches, cet épisode douloureux des prémisses de ta vie ne sera bientôt plus qu’un mauvais souvenir.


  • Voir l’alerte du SCOCI à ce sujet : http://www.cybercrime.admin.ch/kobik/fr/home/warnmeldungen/2014/2014-07-17.html.
  • Cf. à cet égard l’excellent article de François Charlet et Cédric Bocquet : De l’application de la LSCPT aux fournisseurs de services de VoIP, in : Jusletter 10 novembre 2014.
  • Voir le site de la police ivoirienne : http://cybercrime.interieur.gouv.ci/?q=node/182.
  • http://www.vs.ch/Navig/navig.asp?MenuID=19006.
  • En réalité, de tous les profils du maître chanteur (Skype, Facebook, Twitter, etc.).